menu icon Menu
Demande de Démo Contact

C’est la destination (et le voyage) : un modèle de maturité proposé pour la gouvernance des identités et les analyses

« Caminante, no hay camino. Se hace camino al andar. »

Toi qui marches, il n'existe pas de chemin. Le chemin se fait en marchant.

La citation d’un célèbre poème d’Antonio Machado a résonné dans ma tête l’été dernier alors que j’arrivais à Madrid en Espagne. Une fois descendu de l’avion et après avoir trouvé mon chemin jusqu’au métro afin de me rendre en ville, je pensais connaître d'instinct quel serait le chemin à suivre : quel train prendre, quelles stations pour quelles connexions, comment rejoindre ma destination. Mais j’avais sous-estimé la tâche : avec plus de 300 stations et 13 lignes différentes dans le métro madrilène, la logistique était considérable. J’étais figé par l'impressionnant volume d'informations. Ne voulant pas avoir l’air d’un touriste (ce que j’étais évidemment), j'ai une nouvelle fois jeté un œil au plan du métro, j’ai choisi un plan d’action et je suis monté dans mon premier train avec détermination, mais dans la mauvaise direction.

En me basant sur la grande quantité de données disponibles sous forme de plans et d'informations sur les stations, j’ai pensé pouvoir facilement me frayer un chemin vers la destination souhaitée. Mais le volume d'informations était trop important et il m’aurait fallu beaucoup trop longtemps pour comprendre entièrement le réseau de métro pour pouvoir me déplacer intelligemment.

Les entreprises qui entreprennent la gouvernance des identités dans l’environnement d’aujourd’hui se retrouvent dans la même situation. Avec l’augmentation de référentiels de données de plus en plus grands, les entreprises sont rapidement passées à l’action, en se lançant, sans réflexion, dans les analyses. Cet empressement pour l’analyse pousse certaines entreprises à se montrer trop responsables, trop rapidement, et intimide d’autres entreprises qui ne savent pas par où commencer. Un solide programme de gouvernance des identités résiste à la fois à la multiplicité des actions et à l’inaction qui se dégage à trop réfléchir. La compréhension se développe à peu près comme pour un voyageur dans une nouvelle ville, par étapes : de l’acquisition des données à l’assimilation des informations jusqu’à la réalisation des objectifs de façon efficace grâce à ces informations.

Passer par ces étapes oblige une révision des idées préconçues au sujet de la gouvernance des identités et des analyses et ouvre également la voie à toute entreprise se dirigeant vers le « développement des analyses ». Le modèle de maturité suivant pour la gouvernance des identités (ci-après dénommé MMIG, on n'a jamais assez d’acronymes dans la vie, n’est-ce pas ?) identifie les étapes communes à un voyageur récemment arrivé dans une ville étrangère et à une entreprise entreprenant la gouvernance des identités.

stages-for-maturity-model-for-identity-governance

Au cours des prochaines séries, nous explorerons en détail chaque étape de ce modèle de maturité proposé, identifiant un certain nombre de caractéristiques uniques pour chaque phase :

  • Contexte des données : quelles données sont actuellement disponibles ?
  • Contexte des affaires : quels cas d’utilisation orientés vers les affaires sont abordés ?
  • Objectifs : quels résultats sont obtenus ?
  • Questions à poser : quelles questions de haut niveau sont étudiées ?

Lors de notre progression à travers le modèle de maturité, nous chercherons à établir un chemin vers le développement des identités que les entreprises pourront suivre afin de créer un programme de gouvernance et de gestion des identités. Un programme qui leur permettra d'améliorer leur sécurité, leur conformité et promouvoir l’efficacité plutôt que de simplement gérer les infrastructures ou créer un vaste référentiel de données.

Et en nous frayant clairement un chemin vers la gouvernance des identités, nous pouvons aller de l'avant avec toute la confiance évoquée par le poète Machado, en éliminant l'impétueuse multiplicité d'actions et l'inaction qui se dégage lorsque trop d'options s'offrent à nous (et la perte de temps et de ressources qui s'en suit). Bien que mon mauvais choix d'itinéraire à Madrid m'ait fait perdre 45 minutes, les enjeux des entreprises d'aujourd'hui sont bien plus grands. De mauvais choix entraîneront des coûts infiniment plus élevés pour une entreprise et renforceront un sentiment d'errance.

Discussion